Patrimoine du Dauphiné

L’ardoise / Slate

by on juin.01, 2010, under A la UNE / Last publication

L’ardoise est une roche métamorphique d’origine sédimentaire, de l’époque Ordovicienne (il y a 550 millions d’années).
Ses principaux composants sont le quartz, la séricite et des minéraux du groupe du chlorite. Du peuple égyptien aux habitants des « Castros » du nord-ouest espagnol, tous ont utilisé l’ardoise comme matériau de construction.
L’ardoise est présente tout au long de l’histoire de l’humanité.
Son origine vient de la superposition de sédiments argileux dans les fonds marins.
En raison des hautes pressions, des températures élevées et des intenses déformations durant l’orogenèse hercynienne, ces sédiments argileux ont été soumis à des phénomènes de métamorphisme.
Ainsi s’opéra un changement de la composition minéralogique primitive des argiles et une orientation des minéraux en plans parallèles, appelés « schistosité » ou « fissilité ».
La pression et la chaleur qui accompagnent le profond enfouissement des roches sédimentaires rendent instables les minéraux oxydés et hydratés qui s’étaient formés à la surface du sol lorsque les roches primaires se sont décomposées et désagrégées.
Eventuellement, l’eau, l’oxygène, le gaz carbonique qui provenaient de l’air sont expulsés.
Les sédiments constituant les argiles, les calcaires et les grès commencent à se transformer. Quelques minéraux, ceux qui changent le plus comme les argiles, se transforment complètement et donnent à nouveau des micas et des feldspaths.
Cependant, en dépit du changement minéralogique, les roches métamorphiques conservent encore leur litage dû à leur origine sédimentaire,
Les sédiments sont généralement formés par la concentration d’un ou deux minéraux, alors que la roche ignée était plus hétérogène.
Ainsi les minéraux de haute température des roches cristallines renaissent, la complexité minérale originelle détruite, réapparait.
L’ardoise ressemble à une argile, à l’exception près que c’est la première étape de l’évolution de l’argile en mica.
De petits feuillets de mica apparaissent le long des nouvelles surfaces de clivage et donnent à l’argile durcie un éclat que l’on ne remarque pas dans les argiles non métamorphiques.
Les feuillets brillants de mica tendent à se placer de telle sorte que leurs faces planes se trouvent disposées perpendiculairement à la direction de pression; il en résulte que le clivage des ardoises suit la nouvelle direction donnée par les feuillets de mica, ceux-ci se trouvant disposés à angle droit par rapport à la direction de contrainte.
Souvent les feuillets d’ardoise recoupent profondément les lits de l’argile à l’origine stratifiée, ces lits étant le trait structural principal des sédiments.
En tant que minéraux secondaires, il est habituel de voir apparaître des oxydes et des sulfures de fer, une matière charbonneuse, des carbonates, des feldspathiques, etc.
L’ardoise est résistante et sa couleur peut varier du blanc au noir, en passant par toutes sortes de gris, de rouges sombres et de verts.
L’ardoise peut être droite (rectangulaire) ou en forme d’écaille.
Son épaisseur varie de 3 mm à 9 mm.
Entre 20 mm et 40 mm, il s’agit de lauze, autre schiste plus massif et moins plissé
La pose à l’ancienne est la pose au clou, fin XIXe siècle apparaît la pose sur crochet (l’ardoise est simplement appuyée en pied).
Les gisements d’ardoises sont nombreux dans les anciennes formations paléozoïques, dans les zones de métamorphisme régional de faible degré.
Les caractéristiques géologico-minières qu’un gisement d’ardoise pour couvertures doit réunir pour son exploitation sont :
Une composition chimique et minéralogique adéquate.
Un degré de déformation idéal pour le développement d’une schistosité trsè pénétrative.
Une puissance minimale des niveaux d’ardoise productive.
Faible fracturation du gisement et absence de discontinuités (Kinks-Bands, fil de quartz, crénulation, etc.).
Anjou
Aux XVIIIe et XIXe siècles, les principaux centres de production de l’ardoise se situent en Anjou.
Les mines ardoisières se développent à Angers, Combrée, La Pouëze, Noyant-la-Gravoyère, Saint-Barthélemy-d’Anjou, Trélazé, et Renazé en Mayenne angevine.
On compte près de 2000 ouvriers qui font vivre plus de 6 000 personnes.
Au fil des siècles, Trélazé s’affirme comme le centre le plus important, pour la quantité comme pour la qualité.
Le gisement angevin fournit l’essentiel de la production française. Le maximum est atteint en 1905 avec 175 000 tonnes.
Ardennes
Autrefois, le département des Ardennes possédait également d’importantes exploitations (Fumay, Haybes, Rimogne, …) qui ont toutes cessé leur activité à la fin du XXe siècle (1971).
Autres régions
On trouve aussi des bassins ardoisiers en Bretagne (ardoisières de Maël-Carhaix), en Corrèze (Allassac et Travassac), dans les Alpes et dans les Pyrénées.
L’extraction peut s’effectuer à ciel ouvert ou bien de manière souterraine.
Certaines régions, Corrèze et Anjou, ont vu les deux techniques co-exister.
Dans d’autres, comme dans les Ardennes, la Savoie, elle est ou fut exclusivement souterraine. Le principal facteur qui conditionne le mode d’extraction repose sur le pendage de la veine.
Ensuite, les blocs sont découpés en blocs proches des formats d’ardoises à fabriquer étape au cours de laquelle le fendeur veille à placer le longrain, qui correspond à la direction selon laquelle la roche a été plissée, dans le sens de la longueur de la future ardoise.
Ensuite, vient l’étape du fendage qui consiste à diviser le bloc dans son épaisseur, en désolidarisant les feuillets de la roche.
La dernière étape, la taille, consiste à donner à l’ardoise sa forme définitive.

Slate is a metamorphic rock of sedimentary origin, the Ordovician period (there are 550 million years ) .
Its main components are quartz , sericite and chlorite group minerals . The Egyptian people to the inhabitants of  » Castros  » northwestern Spanish, all used slate as a building material .
The slate is present throughout the history of mankind .
Its origin comes from the superposition of argillaceous sediments from the seabed .
Due to the high pressures , high temperatures and intense deformation during the Hercynian orogeny , the clay sediments were subjected to phenomena of metamorphism.
Thus a change in the opera primitive mineralogical composition of clays and minerals direction parallel planes , called  » cleavage  » or  » fissility  » .
The pressure and heat that accompanies the deep burial of sedimentary rocks make unstable oxidized and hydrated minerals that formed at the surface when the primary rocks are broken and disintegrated .
Eventually , water, oxygen, carbon dioxide, which came from the air is expelled.
Sediments forming clays, limestone and sandstone begin to transform . Some minerals, those that change the most , such as clays , are transformed completely and give new mica and feldspar .
However , despite the mineralogical change, metamorphic rocks still retain their bedding due to their sedimentary origin ,
The sediments are generally formed by the concentration of one or two minerals, while the igneous rock was more heterogeneous .
And minerals with high temperature crystalline rocks reborn , the original mineral complexity destroyed reappears .
The slate looks like a clay, with the exception that it is the first step in the evolution of clay mica.
Small sheets of mica appear along the new cleavage surfaces and give the hardened clay brilliancy that is not noticeable in non- metamorphic clays.
Shiny mica sheets tend to position themselves so that their flat faces are arranged perpendicular to the direction of pressure , resulting in the cleavage of slate follows the new direction given by the sheets of mica , these being arranged at right angles to the stress direction .
Often slate sheets deep cut across the beds of clay in stratified origin, these beds are the main structural feature of the sediment.
As secondary minerals , it is usual to appear oxides and sulphides of iron, a carbonaceous material , carbonates, feldspar , etc. .
Slate is durable and its color can vary from white to black , through all kinds of gray, red and dark green .
Slate can be straight ( rectangular ) or scale-like .
Its thickness ranges from 3 mm to 9 mm .
Between 20 mm and 40 mm , it is slate , other more massive shale and less wrinkled
Laying the former is laying the nail end nineteenth century appears laying on hook ( slate is simply supported at the bottom ) .
The slate deposits are numerous in ancient Paleozoic formations in areas of low-grade regional metamorphism .
The geological and mining features a pool slate for roofing must meet for its operation are:
Adequate chemical and mineralogical composition.
A great degree of deformation for the development of a penetrative foliation trsè .
A minimum power levels of productive slate .
Low reservoir fracturing and no discontinuities ( Kinks -Bands , quartz fiber , crenulation , etc. . ) .
Anjou
The eighteenth and nineteenth centuries, the main production centers of slate are in Anjou.
The slate mines develop in Angers, Combrée , The Pouëze , Drowning – the -Gravoyère , St. Barthelemy d’Anjou Trélazé and Renazé in Mayenne Anjou .
There are about 2,000 workers who live more than 6000 people.
Over the centuries , Trélazé itself as the most important center for the quantity and the quality .
The Angevin deposit provides the bulk of the French production. The maximum is reached in 1905 with 175 000 tonnes.
Ardennes
Formerly the Ardennes also had significant holdings ( Fumay Haybes Rimogne , … ) which have ceased trading at the end of the twentieth century (1971).
other regions
There are also slate basins in Britain ( slate of Mael -Carhaix ) Correze ( Allassac and Travassac ) in the Alps and Pyrenees .
The extraction can be performed in the open air or underground way.
Some regions , Corrèze and Anjou , saw both techniques co -exist.
In others, as in the Ardennes , Savoy , is or was exclusively underground . The main factor influencing the extraction method based on the dip of the vein .
Subsequently , the blocks are cut into blocks close slate formats making step in which the splitter ensures Longrain place , which corresponds to the direction in which the rock has been folded in the direction of the length of the future slate .
Then comes the stage of splitting involves dividing the block in its thickness, by separating the layers of rock.
The final step size, is to give slate its final form.


Carte des ardoisières / Map of slate

{lang: 'fr'}
:, , , , ,

Laisser un commentaire

Vous cherchez quelque chose?